version malvoyant
Ville d'Othis
Patrimoine
Géographie
Situation - Accès
Environnement & cadre de vie
Services Généraux
Services Techniques
Histoire
Conseil Municipal
Equipements communaux
La Maison du Livre
Marchés Publics
Intercommunalité
Droit et réglementation
Actualités
info pratique
commerces et services
plan de ville
démarches administratives
Service périscolaire
contacter la commune
 
plan du site Version imprimable

 

Environnement et cadre de vie


 

Les éléments physiques du milieu

La topographie

Othis est située à la limite Nord du canton de Dammartin-en-Goële dans un site relativement plat, d’une altitude moyenne de 110 m environ, entre la Plaine de France et le plateau du Valois. Ce relief plat est légèrement incliné vers le Nord-Ouest : au Sud de la commune, le point culminant est à 150 m (butte Montcrépin) ; au Nord, le point le plus bas est à 94 m d’altitude. Les versants de la butte Montcrépin sont relativement doux avec un dénivelé de 20 m.

La ville est coupée par des ruisseaux et des rus, la plupart qui descendent de la colline de Dammartin-en-Goële sont à sec en période estivale (le ru du Puits Blein est le seul à être en eau toute l’année) se jetant soit dans la Launette, soit dans l’étang de la Ramée à Mortefontaine. Elle est dotée de quelques mares, qui occupent 0,46 hectares. Aujourd’hui, beaucoup sont asséchées, d’autres comme la mare Demoiselle, à l’Ouest de Beaumarchais, sont alimentées en permanence et insérées dans des espaces boisés.


La géomorphologie (explication et évolution des formes du relief)

A l’Ouest et au Sud-Ouest du territoire, au voisinage de la ferme de Saint-Laurent, aux lieux dits « le Grand Etang », le Parc de Beaupré, la Mare Demoiselle, c’est-à-dire à l’Ouest du hameau de Beaumarchais, on est en présence d’une formation de colluvions polygéniques (dépôt résultant d’un transport à faible distance de produits d’érosion sur un versant, qui façonnent le relief).

Celles-ci peuvent être dues au ruissellement, au glissement en masse sur un versant de la partie superficielle du sol gorgé d’eau. Elles se sont développées sur les versants à partir de terrains meubles et peu cohérents, elles reposent en effet sur la « haute masse du gypse ». Elles ont ainsi glissé facilement et se sont étalées au pied de la butte de Dammartin-en-Goële.

Elles sont formées d’argiles vertes et de marnes supra gypseuses. Elles sont donc de nature argilo-marneuses et représentent une formation superficielle instable, pouvant générer le risque de glissement de terrain en période humide et le risque de formation de fentes de dessiccation (élimination de l’humidité) pendant une longue période sèche.

Autour de l’agglomération d’Othis, on est en présence d’une formation limoneuse (roche sédimentaire de granulométrie intermédiaire entre celle des sables et celle des argiles, constituant des sols légers et fertiles) des fonds de vallon.

Le reste du territoire est constitué d’une formation de limons des plateaux, d’une épaisseur supérieure à 1,50 m. Formations résiduelles de cailloutis, de limons et paléosols (sols anciens formés dans des conditions de climat et de végétation différentes, recouverts par des dépôts ou des sols plus récents) rougeâtres, formés au cours des stades interglaciaires sous un climat chaud et humide. Cette formation caractérise la région naturelle du Valois, recouverte d’un épais limon où s’est développée une riche agriculture.


La géologie

On trouve à Othis différents substrats géologiques. Au Sud, sur les flancs de la Goële, le territoire d’Othis est constitué à la base par les niveaux à dominante marneuse de la partie inférieure de l’Oligocène (de - 34 à - 23,5 millions d’années), recouverts par des sables de Fontainebleau qui affleurent dans toutes les parties hautes.

Au nord de la butte de la Goële, la commune repose sur un substrat géologique constitué des résidus de dissolution de la formation du gypse recouverts par des limons et des colluvions. Dans la vallée de la Launette, plus au Nord, affleurent des alternances de marnes et de calcaires marneux de la formation dite de Saint-Ouen, dont la puissance est d’une dizaine de mètres. Sous-jacente à celle-ci, on rencontre la formation des sables de Beauchamp.

Dans les formations plus profondes, on rencontre un calcaire grossier dont la base est constituée par une texture sableuse.


En savoir plus sur la géographie et l’environnement d’Othis.


Retour haut de page
 
plan du site envoyer à un ami ajouter aux favoris mentions légales
Réalisé avec illicopage outil de gestion de contenu illicopage